Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:17

 

Pascual - La véloterie du Père Gaston (3)Il s’agit d’une œuvre de 1975 de Gérard Pascual (né en 1946), qui a été exposée pour la première fois au Musée des Beaux-Arts, dans la donation Granville, en 1986. Pierre Granville, après l’avoir découverte lors d’une exposition sur le thème de la bicyclette à Rotterdam en 1977, a immédiatement voulu l’acquérir, mais les démarches se sont révélées longues et difficiles. En effet, non seulement l'œuvre n'était pas signée, mais Pierre Granville eut énormément de mal à en identifier l'auteur. Trois années se révélèrent donc nécessaires pour que l'acquisition soit (enfin) possible. Elle a été signée et datée après son achat par Pierre Granville.

 

On sait assez peu de choses sur Gérard Pascual, dont plusieurs œuvres sont exposées au Musée des Beaux-Arts de Dijon (certaines, dont Cœur en vol libre, ont été retirées il y a quelques années, car fragiles et abîmées par le public). On le rattache souvent, à tort ou à raison, au mouvement de l'Art brut. Pascual utilise beaucoup d’objets de récupération : il récupère un objet cassé, le laisse dans un coin pendant quelque temps, jusqu’à ce que l’objet ait, selon lui, perdu son sens originel, qu’il ait été dépossédé de son sens premier, de sa fonction initiale. L’objet en question est alors prêt à être réinvesti (artistiquement parlant).

 

 La véloterie du Père Gaston est un hommage à l’artiste Gaston Chaissac, que Pascual admire (et qui, lui aussi, pratiquait un "art du recyclage"). Pascual l'a conçu "à la manière de" Chaissac. La seule touche typique de Pascual se réduit au débordement des roues de vélo ; on trouve en effet constamment des éléments qui débordent des cadres des œuvres de Pascual. Ici, tous les éléments sont recyclés (sans mauvais jeu de mots…) : on y trouve, évidemment,  un vélo, des roues de vélo, y compris pour figurer les cheveux (le personnage possède donc des cheveux-roues, ce qui n'est pas un hasard lorsqu'on sait que Gaston Chaissac était roux), du papier mâché pour la silhouette du personnage, des tuyaux, des boulons, des vis, des embauchoirs (pour les pieds), des gants en latex (pour les mains), etc. Le vélo a quant à lui été dépossédé de la plupart de ses éléments fonctionnels (chaîne, pignons, pneus, freins), pour mieux être réinvesti.


 

Pascual - La véloterie du Père Gaston (1)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sushi - dans Sculpture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives