Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 07:13

Simon Morley en résidence au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Exposition Messagerie



Messagerie I - Deus

 

 

 

Je l'avoue (même si ça ne fait pas très pro), la première réaction que j'ai eue devant cette expo de Simon Morley, après être passée devant  ce qui était pour moi quatre bouts de toile peintes à la peinture acrylique dorée, des bouts de tissus avec plein de mots dessus et des vidéos qui montrent un rideau et un phylactère qui bougent, ça été de tomber dans un état dubitatif. Et là, je me suis dit (sacrilège !) : "quand même, le type s'est pas trop trop foulé..."

 

 

Je me suis tout de même décidée à suivre la visite commentée de l'exposition, poussant le zèle jusqu'à lire le document d'aide à la visite, qui, je dois le dire, ne m'avait pas non plus convaincue (surtout quand j'ai lu que Simon Morley se rattachait à la fois au monochrome, au ready-made et à l'art conceptuel). Et bien ça valait finalement la peine de faire cet effort, car la visite en question m'a ouvert des perspectives. Vraiment !

 

 

Simon Morley a conçu ses oeuvres en totale résonance avec celles du Musée des Beaux-Arts (notamment certaines peintures médiévales qui présentent des phylactères), il leur rend en quelque sorte hommage,  nous les fait redécouvrir et nous interpelle sur l'écrit, la puissance des mots, le silence, l'espace du musée, etc. (je ne vais pas en rajouter, je ne serais pas une bonne ambassadrice). Un exemple : une de ses oeuvres est constituée de 7 pans de lin chinois recouvert chacun d'une seule et unique lettre (qui forment ensemble le mot SILENCE). Elle est située dans la salle où on trouve Vanité et trompe-l'oeil de De Le Motte, mais aussi la Dame à sa toilette, le Château de Mariemont de Brughel de Velours, le Sacrifice d'Iphigénie, la Mort de Didon, etc. Le mot " SILENCE " est donc à mettre en résonance avec ces tableaux (silence de la mort, mais aussi silence de la méditation, etc.) Ce qui, finalement, m'a fait voir l'oeuvre comme une espèce de lieu consacré à la méditation, un peu à la façon des grottes où se retiraient les sages. Autre oeuvre particulièrement forte (hypnotique, dit le document d'aide à la visite) : une vidéo qui montre un phylactère qui se déroule et ondoie sur un fond noir, agrémenté de sons venus d'ailleurs…

 

 

Cela dit, je vous conseille fortement de suivre la visite commentée si vous voulez avoir un aperçu da la réflexion menée par Simon Morley. Honnêtement, voir tout seul ce genre d'exposition relève du challenge quand on est presque ignare en matière d'art contemporain comme moi, d'autant plus qu'elle demande une bonne connaissance des oeuvres du musée auquel l'artiste se réfère. Donc pas d'hésitation à avoir, d'autant plus qu'exposition et visites commentées vous attendent jusqu'au mois de janvier 2011.

 

 

 

Voir aussi les articles suivants :

Simon Morley : Messagerie - Musée des Beaux-Arts, Dijon (2)

Simon Morley : Messagerie - Musée des Beaux-Arts, Dijon (3)

Simon Morley : Messagerie - Musée des Beaux-Arts, Dijon (4)

Partager cet article

Repost 0
Published by Sushi - dans Exposition
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives