Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:08


Sarah Bernhardt - Le Fou et la Mort

Si tout le monde connaît Sarah Bernhardt en tant qu'actrice, on sait peu qu'elle a cultivé d'autres dons : l'écriture, puisqu'elle a écrit des pièces de théâtre et ses mémoires, mais aussi la peinture et, surtout, la sculpture.

Née en 1844, elle est placée toute jeune dans un couvent pour son éducation et c'est là que se scellera son destin de comédienne : elle y est en effet remarquée dans le rôle d'un ange lors de la représentation d'une pièce religieuse. A 15 ans, elle entre donc au Conservatoire grâce à l'appui du Comte de Morny et en 1862, elle  joue à la Comédie française. Elle n'y fera cependant qu'un passage éclair, puisqu'après avoir giflé une des sociétaires, elle en est renvoyée. Elle y reviendra en 1872, alors auréolée de ses succès au Théâtre de l'Odéon, pour rompre son contrat en 1875 ; un procès la ruinera d'ailleurs en partie.

C'est justement pendant ces années à la Comédie française, où ses relations avec l'administration, notamment, se révélèrent difficiles, qu'elle sera initiée à la sculpture par Roland Mathieu-Meunier. Celui-ci, qui réalisait le buste de l'actrice, est interpellé par ses observations judicieuses ; il y discerne l'oeil et la sensibilité du sculpteur, la pousse à tenter l'expérience et lui donne des leçons. Pour elle, qui se sentait étouffée par la routine de son métier, la sculpture est une bouffée d'air, d'autant plus qu'elle se révèle plutôt douée en la matière.

Elle a régulièrement présenté des oeuvres au Salon entre 1874 et 1891, mais aussi organisé des expositions personnelles, pour son plaisir et pour gagner un peu d'argent. Certains critiques lui conseillèrent alors de s'en tenir au théâtre, tandis que d'autres, tout en lui reconnaissant un certain talent, restaient réservés dans leurs éloges.

Sa sculpture la plus connue (ou la moins méconnue, devrais-je dire) est sans doute Après la tempête, tirée de l'histoire dramatique et apparemment véridique d'une vieille femme ayant perdu ses fils, puis son petit-fils, en mer. Empreinte d'une grande théâtralité, elle représente la grand-mère tenant le corps du jeune garçon sur ses genoux, dans l'attitude d'une Pietà.

Le Musée des Beaux-Arts de Dijon possède quant à lui un exemplaire du Fou et la Mort, illustration d'une pièce de Victor Hugo, Le roi s'amuse. Sarah Bernhardt a choisi de mettre en scène le bouffon Triboulet, héros de la pièce, personnage à la fois méchant et pathétique qui, ayant provoqué par erreur la mort de sa propre fille, tient son crâne à la main (à la Hamlet, pourrions-nous dire).

Sarah Bernhardt n'a pas adopté un style plutôt qu'un autre. On répertorie une quarantaine d'oeuvres de sa main, dont certaines ont disparu, et parmi lesquelles on trouve essentiellement des portraits et des autoportraits. Une partie de sa production puise (naturellement) ses sujets dans le domaine du théâtre, notamment un étonnant Autoportrait en chimère de veine symboliste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sushi - dans Sculpture
commenter cet article

commentaires

AD-Mary44 devenue 49 21/11/2011 14:00


Je l'ai découvert il y a peu et j'en avais parlé sur mon blog - c'est ce qui est passionnant dans la rédaction d'un blog, c'est d'apprendre toujours et le PLUS, c'est de visiter les blogs qui
parlent de nos passions. BIEN AMICALEMENT

Louvre-passion 30/01/2011 15:46



Grâce à cet article j'ai appris que Sarah Bernhardt avait également des talents de sculpteur. Elle était donc une artiste complète puisque non cantonnée à un domaine. On peut ainsi la rapprocher
d'Ingres qui était aussi un violoniste de talents, c'est d'ailleurs de là que vient l'expression "violon d'Ingres".



Sushi 01/02/2011 22:25



D'autant plus qu'elle peignait aussi (mais moins bien qu'elle ne sculptait, à en croire les spécialistes) et qu'elle a un peu écrit (notamment quelques pièces de théâtre, que je n'ai d'ailleurs
pas lues). Mais je ne sais pas si on peut vraiment la comparer à Ingres, qui était réellement violoniste avant d'embrasser la carrière de peintre ; c'est pourquoi l'expression "violon d'Ingres"
est utilisée à mauvais escient. Mais on pourrait dire que la sculpture était le violon d'Ingres de Sarah Bernhardt ! Elle sculptait pour son plaisir et n'en a pas fait une carrière, et je crois
d'ailleurs qu'elle n'a jamais été complètement prise au sérieux en tant que sculpteur.



Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives