Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 07:00

J'ai finalement assez peu de choses à dire sur cette exposition, sinon qu'elle s'est révélée à mes yeux très décevante, pour la bonne raison qu'elle a été uniquement conçue pour les porteurs d'audioguides. Donc des objets présentés avec des cartels minimalistes, indiquant leur nom, mais pas leur fonction. Ce qui se serait pourtant révélé bien utile puisqu'il s'agissait essentiellement d'objets fonctionnels. Et choix d'autant plus contestable que le prix de l'entrée est fixé à 11 € pour le tarif normal et 9 € pour le tarif réduit. Autre déagrément (mais on a malheureusement l'habitude de ce genre de choses) : l'expo est bourrée de monde et on se marche dessus. J'ai d'ailleurs noté que presque personne ne profitait de son billet pour aller explorer le musée.

J'en ai juste retenu deux choses : que la sexualité à Pompéi "se conjuguait au masculin" et qu'on a "parlé à juste titre de "sexualité de viol". Ce qui ternit un peu l'image d'une Pompéi "moderne", qui connaissait les joies de l'eau courante (mais non potable, cependant, personne n'étant parfait) et du chauffage central... Ce qui m'a amusée d'autre part, c'est l'omniprésence de phallus dans la vie quotidienne, sous bien des formes, dont des amulettes (qu'on pouvait suspendre au cou des enfants, entre autres) et des objets à suspendre dans la maison : en effet, le phallus était considéré comme une protection efficace contre le mauvais oeil. J'ai vraiment regretté de n'avoir pas pu prendre de photos (je n'ai d'ailleurs pas compris pourquoi cette interdiction, les objets relevant de collections publiques), mais j'ai tout de même trouvé cette reproduction d'un objet assez particulier présent dans l'exposition : un phallus avec un arrière-train de félin, des ailes, quatre grelots, une queue (ah ben oui) en forme de phallus, et, enfin, muni d'un pénis en érection. Voyez vous-même :

 

Phallus (01)

 

Pour me consoler un peu, je suis allée faire un tour au musée (bien que je n'aime pas tellement Maillol. Et là, dans une salle où pratiquement personne ne mettait les pieds, dans un recoin obscur, je suis tombée sur une lithographie de Redon. Et non des moindres, puisqu'il s'agit de L'araignée. J'ai pu prendre tout mon temps pour en profiter (ce qui n'avait pas été le cas lors de l'exposition du Grand Palais, comme vous vous en doutez bien). Je considère que j'ai donc été largement dédommagée de mes peines !

 

Redon - Araignee (01)

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie MAYADE - dans Exposition
commenter cet article

commentaires

JA 15/11/2011 10:13



apparemment votre réponse à mon commentaire n'a pas fonctionné, le message est vide!!!!!


A bientôt


JA



Stéphanie MAYADE 15/11/2011 16:07



Effectivement, quelques soucis avec Overblog dernièrement, mais il semblerait que tout soit revenu à la normale. A bientôt.



JA 14/11/2011 19:16



Des difficultés ce soir pour ouvrir votre blog...je voulais juste apporter une contribution, mais vraiment minime par rapport à celle de Richard: Priape a donné Priapisme terme médical signifiant
érection constante quelquefois douloureuse....


 


A bientôt


JA



Stéphanie MAYADE 15/11/2011 16:06



Vous m'avez l'air bien en forme ces temps-ci, Jocelyne !



Louvre-passion 13/11/2011 17:05



"la sexualité à Pompéi se conjuguait au masculin", rien d'étonnant pour la civilisation romaine de l'époque (bon c'est vrai qu'en d'autres temps et d'autres lieux on retrouve souvent la même
chose).
J'aime assez ton objet sélectionné qui me rappelle une vieille chanson qui parlait de cocus avec des clochettes.


 



Stéphanie MAYADE 14/11/2011 13:36



Oui, je trouve aussi que j'ai assez bien choisi mon illustration. Mais attends un peu que je parle de Beardsley pour Beauté, morale et volupté...



JA 04/11/2011 18:53



Merci pour ces infos....


A bientôt


JA


 



Stéphanie MAYADE 14/11/2011 13:28



A bientôt, sur l'un ou l'autre de nos blogs.



Richard LEJEUNE 04/11/2011 14:11



     Tout à fait, oui : il faudrait que je revoie sa bibliographie, mais je pense que ce doit être là si pas son premier ouvrage, à tout le moins son premier grand texte
iconoclaste, dans le sens où - mais c'est quasiment une constante dans toute son oeuvre - il démythifie et démystifie (les deux paronymes ont un peu le même sens ici) l'Histoire.


     Et parfois, également, les hommes : ainsi son avant-dernier opus, de 2008, dans lequel il nous propose un portrait, bien loin des idées reçues, de son ami Foucault -
Michel, le philosophe, bien sûr ; pas Jean-Pierre ... 



Stéphanie MAYADE 14/11/2011 13:30



Il me semble l'avoir lu pendant mes études, mais je ne suis plus très sûre. Je n'ai plus qu'à le (re)lire... Ses autres ouvrages devront attendre.



Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives