Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:17

Jean Vialla, Odilon Redon
Editons ACR, collection "PocheCouleur"


Grande déception à la lecture de ce livre de poche sur Odilon Redon, que j'ai emprunté à la bibliothèque pour me familiariser avec cet artiste avant d'aller voir, très prochainement, la rétrospective qui lui est consacrée à partir du 23 mars au Grand Palais.


Je ne dirai pas que je n'ai rien appris ; je ne savais rien de la vie d'Odilon Redon, donc il n'était pas très difficile pour moi de refermer le livre en question avec plus de connaissances sur le sujet qu'au moment où je l'ai ouvert pour la première fois. Je ne connaissais pas non plus son oeuvre en noir et blanc (je sais, vous êtes en train de penser : mais qu'est-ce qu'elle connaissait, en fait ? Eh bien, pas grand-chose, il faut bien l'avouer), donc j'ai pu me familiariser avec les lithographies, les fusains et les dessins à la plume par l'intermédiaire des reproductions du livre.

Mais quant à l'analyse de l'oeuvre, pas grand-chose à en tirer, sinon d'ennuyeuses listes et descriptions de dessins ou peintures, dont les reproductions ne sont pas toujours dans l'ordre de présentation du texte ; et il est fort dommageable qu'à chaque mention d'un titre, le numéro de la page où se trouve la reproduction qui lui correspond ne soit pas indiqué : j'ai donc passé beaucoup de temps à tourner les pages du livre dans un sens, puis dans l'autre, pour retrouver l'image qui correspondait au texte (d'autant que les titres sont parfois tronqués). Grande originalité de cette monographie : avancer l'idée que les aspects pour le moins étranges des oeuvres de Redon seraient dus à une peur de la mort... Ajoutez à cela les sous-titres des reproductions dans le style : "La tentation de l'abstrait", "Une symphonie en rouge", "Ari a maintenant huit ans", toutes choses qui ne nous sont guère utiles pour comprendre Odilon Redon.

Deux avantages cependant : c'est un ouvrage qui se lit vite et qui présente beaucoup de reproductions d'oeuvres de Redon (en petit format, mais c'est un livre de poche).

Partager cet article

Repost 0
Published by Sushi - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

JA 21/03/2011 10:31



Merci pour l'analyse et pour l'info Grand Palais: je ne connais pas cet artiste mais je vais m'y interesser prochainement.


A bientôt


JA



Sushi 24/03/2011 22:50



Nous nous y intéresserons donc ensemble, probablement, via les échanges sur blogs. Malheureusement, je vais devoir reporter ma visite au Grand Palais prévue ce
mois-ci au mois d'avril...



Richard LEJEUNE 19/03/2011 07:55



Sur l'ouvrage en question, que je ne connais pas, je me contente d'accepter votre analyse, me disant que je ne vais pas me précipiter acquérir ce livre de poche ...


 


Quant à Odilon Redon, je m'y suis un temps un peu intéressé, en fait par hasard : c'était plutôt sur les représentations du Martyr de Saint Sébastien à travers l'art occidental - je l'évoquais au
passage, peut-être vous souvenez-vous, dans mon article concernant le (ou plutôt, les) Génie du Mal, des frères Geefs -, que mon attention se portait à l'époque de mes études.


Car dans ces sujets de prédilection, Redon lui consacra plusieurs toiles qui, à mon humble avis, étaient plus un prétexte de le représenter dans une nature luxuriante, très fleurie,
très colorée qu'une véritable réflexion sur le martyr en lui-même.


Nonobstant, pour préparer le sujet, il réalisa quelques études qui, par parenthèse, se trouve au Département des Arts graphiques du Musée du Louvre ...


 


Cela mis à part, je ne connais pas grand chose de son oeuvre générale ...    



Sushi 24/03/2011 22:47



Oui, j'ai en tête un pastel (je crois) du martyr de Saint-Sébastien. Quant à la vision religieuse ou sprituelle que Redon en avait, je n'ai guère d'informations sur ces tableaux religieux,
finalement assez nombreux à la période de la couleur, mais qui apparaissaient de temps en temps aussi avant. Les têtes coupées présentées sur des plats rappelent sans équivoque possible la
décapitation de St Jean-Baptiste.


 


Je suis également novice en la matière et, malheureusement, j'ai du annuler ma visite du mois de mars à Paris, car j'ai cumulé ces dernières semaines rhinopharyngite, sinusite et une dernière
cochonnerie (j'hésite entre la grippe, car je suis KO, ainsi que mon conjoint et une rhinipharyngite foudroyante. La bronchite est également à envisager sérieusement. Peut-être ai-je eu droit à
un "pack de printemps").



Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives