Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 07:00

"Je ressens que les classifications établies par les critiques et historiens d'art sont toujours très arbitraires et fondées sur des critères bien incertains. En tout cas elles procèdent d'une optique du regardeur et non du créateur. La laitue ne peut avoir elle-même le sentiment qu'elle doit être classée dans la catégorie des salades."

Jean Dubuffet

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie MAYADE - dans Citation du mois
commenter cet article

commentaires

LILIRADAR 27/09/2011 18:27



"La laitue ne peut avoir elle-même le sentiment qu'elle doit être classée dans la catégorie des salades"... Ca ne pouvait pas mieux tomber. Cette citation du mois de septembre occupera à
merveille mon esprit ce soir, durant mon heure de méditation. C'est bio, c'est vert, c'est à méditer tranquillement. Merci Stéphanie ;-)



Stéphanie MAYADE 27/09/2011 21:58



J'ajouterai que c'est drôle, léger, tout en traitant d'un sujet un peu complexe.


Et je suis d'accord avec toi, c'est un bon sujet de méditation. J'attends bien entendu que tu nous fasses partager les fruits de cette méditation.



Richard LEJEUNE 03/09/2011 09:09



Tu as tout compris !


 


Tu peux maintenant te lancer dans l'apprentissage de la langue égyptienne ...



Stéphanie MAYADE 04/09/2011 08:34



Par Amenophis IV ! Il s'agissait donc d'un piège pour me faire tomber dans les rêts de l'Egyptologie ! 

Peu importe, ceci prouve que je suis naturellement douée pour l'ancien égyptien ! Ah ah ah !



Richard LEJEUNE 03/09/2011 08:24



     Effectivement, les classifications imposées par les Historiens ne rencontrent pas nécessairement celles des Historiens de l'Art.


Mais je pense que cela relève de la dichotomie qui a toujours existé entre les deux disciplines : chacun voulant préserver son pré carré, il n'était pas question que l'un vienne empiéter sur
l'autre !


 


     A cela, il faut ajouter une touche de sémantique : il est évident que rien que le terme "moderne" que tu épingles ici connaît des acceptions différentes suivant
le domaine dans lequel il est employé. C'est à notre esprit de faire la distinction.


 


C'était plus simple en égyptien ancien () : c'était un hiéroglyphe particulier, appelé "déterminatif" qui catégorisait le
mot.


Pour faire simple, et en inventant un exemple français aux fins de me faire comprendre : au mot "VER", on aurait ajouté soit le dessin d'un verre, soit celui d'un ver de terre, soit celui d'une
flèche, etc. pour signifier qu'il fallait envisager le terme respectivement dans le domaine de la boisson, des animaux ou d'une direction à prendre ...



Stéphanie MAYADE 03/09/2011 08:54



Je vois, en français, ça donnerait donc :


- "art moderne" + une guillotine dessinée à côté pour indiquer la période


ou bien :


- "art moderne" + un gribouillis à côté pour indiquer qu'il s'agit d'art "nouveau"


(je ne peux pas dessiner ici, c'est dommage, car ça aurait été plus percutant)


Ouais, c'est pas mal, et ça ne demande pas des compétences extraordinaires en dessin...Je prends !



Richard LEJEUNE 01/09/2011 15:21



Toutes les classifications - j'oserai même un "par essence" - sont arbitraires parce qu'initialement déstinées à la compréhension basique de tout un chacun. 


Pour prendre un exemple simple : bien qu'y étant fort réticent, j'ai dû jadis, comme tous les Enseignants, inculquer à mes Etudiants des cadres dans lesquels faire entrer les données historiques
: Antiquité, Moyen âge, Temps modernes et Epoque contemporaine ...


Après, certes, on module, on affine ; mais au point de départ, il faut bien établir et faire comprendre ces classifications ...



Stéphanie MAYADE 02/09/2011 22:30



On pourrait débattre longtemps de l'utilité de "catégoriser". Cela dit, à l'époque des Lumières on pensait que l'homme, étant "raisonnable", utilisait certains
systèmes de classification parce que c'était inné ; par exemple, il semblait logique qu'en voyant un canari, un être humain le classe dans la catégorie "Oiseau" puis dans la catégorie "Animal".
La théorie des prototypes a remis en cause cela. Aujourd'hui, il est  démontré qu'il est plus probable qu'en voyant un canari, on le classe en tout premier lieu dans les catégories "Est
jaune" et "Peut chanter", etc. Comme je ne tiens pas à vous infliger un cours de psychologie cognitive à deux sous, je préfère m'arrêter là. Tout ça pour souligner le caractère en effet plus ou
moins arbitraire de toute classification.


 


D'ailleurs, je me suis toujours posé des questions sur les classisfications des périodes en Histoire et Histoire de l'art. L'Histoire moderne, telle qu'elle est
enseignée à l'Université,  comprend une période qui va de la Renaissance à la Révolution de 1789. L'Histoire contemporaine prend la suite, jusqu'à nos jours. En conséquence, Histoire de
l'art et Histoire étant étroitement liées, on pourrait penser que l'Histoire de l'art moderne concerne la Renaissance, et., etc. Et quand je suivais une option d'Histoire de l'art moderne en fac,
c'est bien à ça que ça correspondait. Mais "art moderne" se réfère tout de même plus souvent à une partie de l'art du XXème siècle. C'est du grand n'importe quoi (à mon avis).


 


Pour finir : c'est volontairement que je coupe mes citation de leur contexte. Cependant, je tiens à préciser que, dans notre cas, Dubuffet faisait allusion, je
pense, aux problèmes que posait - et pose encore - le rattachement de certains artistes à la "catégrie" art brut. Vaste sujet... Pour ma part, je ne me sens pas trop de gloser là-dessus ce soir !
Bon, bien évidemment, c'est le coup de la laitue qui m'a fait rire et a donc retenu mon attention.



Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives