Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 07:00

 

Cthulhu Rising by somniturne

 

Alors que j'étais encore adolescente et très impressionnable, un professeur de français m'a fait étudier un extrait d'un texte de Howard Phillips Lovecraft : un homme rêvait qu'il était dans un tramway - ou un bus - dont le conducteur se mettait à hurler à la mort tandis que le contrôleur se révélait être une créature munie d'un cône blanc assorti d'un tentacule rouge en guise de tête. Je ne sais plus de quel ouvrage de Lovecraft il s'agissait - aujourd'hui, je suppose que c'était Démons et merveilles, mais sans aucune certitude, car je ne l'ai pas lu. Ce que je sais, c'est que ce simple extrait m'avait terrorisée à l'époque et que je m'étais bien juré de ne plus jamais lire une seule ligne de Lovecraft de ma vie.

Jusqu'en 2008. Cette année-là (je précise que près de vingt ans avaient passé), je cherchais des images de N.C. Wyeth lorsque je suis tombée sur ça :

 

The-Giant-Cthulhu


C'était une illustration pour une nouvelle dont j'ai oublié le titre, non pas de Lovecraft, mais d'un de ses "suiveurs". Et, tout en se voulant un hommage évident au Géant de N.C. Wyeth, elle représentait un personnage nommé Cthulhu. Je devais apprendre assez rapidement par la suite que Cthulhu, le personnage le plus emblématique de l'oeuvre de Lovecraft, était une véritable star aux Etats-Unis et qu'on pensait même avoir découvert le lieu où il est censé sommeiller, la mystérieuse cité R'lyeh... Ma curiosité était à présent trop éveillée pour que je sois encore capable de tenir ma promesse : je suis allée emprunterà la bibliothèque le tome 1 de l'intégrale de Lovecraft parue dans la collection Bouquins et j'ai entamé L'appel de Cthulhu, la nouvelle sans doute la plus connue de Lovecraft (et, pour le coup, celle qui m'intéressait justement). Je ne vous imposerai pas un résumé qui n'aurait guère d'intérêt ; l'illustration qui figure en début d'article (et qui reflète par ailleurs très bien l'ambiance dans laquelle nous plonge la nouvelle) suffira à vous convaincre, si vous ne l'avez pas encore lue, que Cthulhu est un personnage assez peu sympathique. Et je dois dire que je n'avais pas lu depuis longtemps un texte aussi captivant.

Evidemment, j'ai eu envie d'en lire plus et, Cthulhu participant à un mythe plus large (couramment appelé "mythe de Cthulhu") qui relate l'histoire (parcellaire) des Grands Anciens (sorte de monstrueuses deités extra-terrestres), je me suis attaquée à d'autres nouvelles. Avec parcimonie, cependant. Car, si Lovecraft déborde d'une imagination un peu malsaine mais ô combien fascinante, s'il maîtrise le suspens au point qu'on est souvent happé par ses récits, reste tout de même un aspect très répétitif dans son oeuvre. Disons que le versant positif de son écriture, c'est son caractère obsessionnel et que le versant négatif, c'est la récurrence systématique, non seulement des mêmes thèmes, mais aussi - et surtout - du même procédé narratif. Barbey d'Aurevilly, en son temps, avait utilisé une  expression qui définissait parfaitement sa propre écriture, et qui convient tout aussi bien à Lovecraft : " l'enfer, vu par un soupirail ". C'est-à-dire que l'un comme l'autre décrit des évènements et des personnages atroces (les fameuses Diaboliques, entre autres, chez Barbey d'Aurevilly), mais que la vision qui nous en est donnée n'est que fragmentaire, et d'autant plus effrayante. Mais, quand chez Barbey d'Aurevilly ce type de narration relève d'une véritable recherche littéraire (j'ai pensé un moment écrire une thèse sur Barbey d'Aurevilly et Lovecraft, ça fait partie de mes nombreux projets de thèse passés aux oubliettes), je trouve que chez Lovecraft le procédé relève davantage de l'artifice facile (mais qui marche assez bien, je l'avoue). Combien de fois n'ai-je pas lu chez Lovecraft des phrases du type  : "Le langage humain ne peut pas décrire ce genre de chose" , "Il est impossible de décrire exactement l'aspect de cette créature", etc. ? De même, prenez n'importe quel bouquin de Lovecraft, vous êtes sûr d'y trouver - de nombreuses fois - les adjectifs "monstrueux", "cyclopééen", "dégénéré", etc. Il faut dire qu'il était bien barré ; Michel Houellebecq avait d'ailleurs reproduit, dans son ouvrage Lovecraft : contre le monde, contre la vie, une lettre où Lovecraft donnait une description étonnante de la population de New York, composée de créatures rampantes, visqueuses, chuintantes : on y retrouvait exactement les mêmes termes que dans ses nouvelles. Vous l'aurez compris, vivre à New York s'était révélée une expérience assez traumatisante pour notre écrivain... au point que la population new-yorkaise s'est transformée, dans son oeuvre, en monstres effrayants et habités par un but atroce : la destruction de la race humaine. Cela dit, je parierais qu'avant même de vivre à New York il était déjà un peu dérangé...

Bon, malgré les défauts que j'attribue à Lovecraft, je ne peux que vous inciter à lire ce classique qu'est L'appel de Cthulhu, ainsi que quelques autres - voire beaucoup d'autres - nouvelles. Je vous conseille également de ne pas faire l'impasse (mais seulement après avoir lu un certains nombre de textes relatifs au mythe de Cthulhu) sur Les montagnes hallucinées et Dans l'abîme du temps, qui nous éclairent sur l'histoire des Grands Anciens. Quant à mes préférés (outre L'appel de Cthulhu, bien sûr), ce sont La couleur tombée du ciel  et, surtout, Le cauchemar d'Innsmouth, qui comporte une longue course-poursuite terriblement angoissante. Et je terminerai par ces mots : 


"Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

 

cthulhu-euclide

 

HAPPY HALLOWEEN !

 

Voir aussi :

La photo du mois

Boulet - Impro-expo au Festiblog 2011 (Paris)

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie MAYADE - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Richard LEJEUNE 02/11/2011 12:22



Tutoiement, oui, bien sûr ... 


 


Figure-t-il, ce texte, dans l'édition parue chez Bouquins ??


 


Te souviens-tu dans quelle optique de travail ton prof de français avait à l'époque donné cet extrait à lire ???


Semblable choix littéraire me semble pour le moins particulier ...


Quand je pense que j'avais déjà rencontré quelques problèmes à faire lire Boris Vian !!!



Stéphanie MAYADE 02/11/2011 12:48



C'était un cours sur la thématique du fantastique en littérature. On avait étudié aussi tout le recueil des Armes secrètes de Cortàzar (enfin je crois que
c'était tout le recueil, peut-être que je confonds parce que je l'avais déjà lu en entier à l'époque), un texte de Saki (je suis obligée d'aller explorer les labyrinthes de ma mémoire à long
terme, car ça remonte à 1988), et, me semble-t-il, un autre de Borges. Il me semble qu'il y avait aussi un Maupassant, je ne suis plus très sûre.


Le fantastique est un thème qui marche fort avec les élèves ou étudiants en général. C'est même un peu facile... J'avais déjà étudié Gautier (Arria
Marcella) sur le même thème l'année précédente. Mais là, c'était un peu curieux, vu qu'on était  censé étudier des textes en langue française...


Ca ne m'étonne pas que Vian n'ait pas fait l'unanimité (enfin, j'espère que tu ne leur faisais pas lire J'irai cracher sur vos tombes ).


Pour ce qui est de Lovecraft dans la collection Bouquins, je n'ai eu que le tome 1 entre les mains (celui consacré au mythe de Cthulhu), et comme il
appartient à la bibliothèque, je ne l'ai plus depuis longtemps. Je ne me souviens pas qu'il y ait eu La chose dans la clarté lunaire dedans. En revanche, il y avait Dagon (la
nouvelle). Mais j'avais aussi emprunté le recueil Dagon cet été , donc elle devait bien y être...


Je viens de vérifier, c'était l'édition de Belfond, la nouvelle est bien dedans. Comment j'ai pu la rater ? En fait, j'ai ma petite idée là-dessus...



Richard LEJEUNE 02/11/2011 10:22



Lovecraft !


Que d'extraordinaires et fantastiques - dans toutes les acceptions de ces termes ! - souvenirs de lecture ...


 


Le texte que vous aviez dû lire adolescente s'intitule La chose dans la clarté lunaire ; il provenait du recueil moins connu que ceux que vous citez Dagon et autres nouvelles de
terreur.


 


A moins qu'il ne figure dans l'édition parue chez Bouquins, vous pouvez retrouver votre extrait ici :


http://alptraum.free.fr/demon/clartelunaire.htm



Stéphanie MAYADE 02/11/2011 12:01



Ah oui, c'est ça ! Merci Richard. C'est curieux, j'ai lu quelques nouvelles de Dagon, mais je n'ai pas du tout tilté en voyant le titre... C'est seulement à
l'instant que ça me revient.


Euh... tutoiement, tutoiement....



Présentation

  • : Musardises en dépit du bon sens
  • Musardises en dépit du bon sens
  • : Blog en vrac sur les arts plastiques (surtout), la littérature, les arts ludiques.
  • Contact

Recherche

Archives